Le modernisme brésilien selon Tarsila do Amaral : couleur, culture et art.

Chez Havaianas, nous avons toujours aimé partager l’authenticité du Brésil avec le reste du monde. Nous nous sommes plongés dans ses traditions, sa nature, ses paysages, son peuple mais également son art, qui reste l’une des plus belles manières de découvrir la culture d’un pays.

Une fois encore, nous misons sur l’œuvre de Tarsila do Amaral pour présenter ce fameux esprit brésilien. Nous vous avions déjà fait découvrir certaines de ses plus célèbres peintures au travers de nos collections de 2012 et de 2014, et nous faisons à nouveau appel à sa créativité artistique en 2019 pour créer trois modèles inédits.

Tarsila nous propose ici l’une des facettes les moins connues du Brésil, à savoir ses éléments naturels et primitifs. En effet, Tarsila do Amaral, de par sa position centrale en tant qu’artiste latino-américaine, a cette capacité à exprimer le beau dans son choix de formes et de couleurs lorsqu’elle représente les traditions, les légendes et les paysages de son pays, le tout dans un style qui lui est propre, influencé par les tendances cubistes de son mentor, l’artiste français Fernand Léger.

Le modernisme brésilien selon Tarsila do Amaral : couleur, culture et art.

Née à Capivari en 1886, Tarsila do Amaral est souvent présentée comme « l’artiste brésilienne ayant le mieux réalisé les aspirations brésiliennes à exprimer une forme nationale de style moderniste ». À 16 ans, la jeune femme déménage pour Barcelone avec sa famille et peint sa première œuvre d’art. Deux ans plus tard, elle revient au Brésil et, en 1916, après avoir divorcé d’André Teixeira Pinto, elle commence à travailler dans l’atelier du sculpteur William Zadig. Elle y étudiera pendant quatre ans le dessin et la peinture aux côtés de Pedro Alexandrino, Borges et Georges Fischer Elpons.

C’est à cette période que sa carrière en tant qu’artiste commence réellement. Dans les années 1920, elle s’installe à Paris ou elle rencontre Émile Renard à l’Académie Julien et celui qui deviendra son maître et son mentor le plus célèbre, Fernand Léger avec lequel elle fera ce qu’elle a appelé son « service militaire du cubisme ».

Le modernisme brésilien selon Tarsila do Amaral : couleur, culture et art.

En 1922, elle rejoint officiellement le Salon de la Société des artistes français. C’est également à Paris qu’elle présentera sa première exposition dans la galerie Percier, en 1926. Durant cette période, une de ses œuvres les plus connues aujourd’hui, Abaporu (qui signifie « l’homme qui mange l’homme » en dialecte Tupí-Guaraní) inspirera le mouvement artistique Anthropophagia (cannibalisme). A Cuca, un autre de ses tableaux très célèbre, présente une légende brésilienne dans un style naïf très caractéristique des travaux de Tarsila. La Cuca est un être cannibale vêtu comme une femme qui dévore les vilains enfants. Ce personnage est devenu célèbre au Brésil en 1921 grâce au livre d’histoires pour enfants de Monteiro Lobato, O Saci.

Vers 1930, elle oriente ses travaux vers de sujets d’ordres plus sociaux, notamment avec des tableaux comme Conheça Operários (Ouvriers) ou Procissão (Procession).

Le modernisme brésilien selon Tarsila do Amaral : couleur, culture et art.

« Je veux être le peintre de mon pays » écrivait Tarsila do Amaral en 1923. Un but sans nul doute atteint puisqu’elle sera la première artiste latino-américaine à inaugurer une exposition sur ses seuls travaux au MoMA, ce musée qui la présente encore aujourd’hui comme étant l’artiste qui a inventé l’art moderne au Brésil.

Et cela n’a rien d’étonnant puisque son œuvre renferme une nouvelle forme de beauté représentée par son style caractéristique plein de sensualité, de paysages pulpeux, qui décrit des scènes de la vie de tous les jours et des personnages tous nés de l’esprit passionné de l’artiste. Et c’est précisément cet esprit que nous voulions partager avec vous au travers de ces nouveaux modèles.

Vous Pouvez Aussi Être Intéressé

Editorial Page Andrea Faccio

SUMMER FUN & SAILING BY ANDREA FACCIO

Read more
Editorial Page Naia

“RETRATOS DO BRASIL 2 ”NAIA CESCHIN

Read more
editorial page local soul summary

LOCAL SOUL

Read more
editorial page IPE summary

Havaianas s’associe à Game of Thrones et met Westeros à vos pieds !

Read more